Fédération de la Somme pour la Pêche et la protection du milieu aquatique
Accueil > Pêcher dans la Somme > Le coin du pêcheur > Pêche à l'écrevisse
Pêche à l'écrevisse
La Pêche de l’écrevisse
La pêche peut se pratiquer au moyen de balances (6 maximales avec un diamètre de 30cm et dont les mailles font au minimum 10mm). La pêche ne peut s’exercer plus d’une demi-heure avant le lever du soleil, ni plus d’une demi-heure après son coucher.



On note sur le territoire la présence d’espèces exotiques envahissantes suite aux importations provenant d’Amérique au courant du 20ème siècle.

La pêche des espèces exotiques (écrevisse américaine, de Louisiane, de Californie et Calicot) est autorisée en respectant les dates d’ouvertures en vigueur dans les cours d’eau soit toute l’année sur les cours d’eau de 2ème catégorie piscicole et du 14 mai au 18septembre 2016 dans ceux de 1ère catégorie.

Attention, leurs transports, introductions, importations et ventes à l’état vivante est strictement interdit car peuvent engendrer des déséquilibres biologiques. Il faut ainsi les châtrer pour les détruire.


Conception et réalisation: FDAAPPMA54


Biologie de l’espèce
La pêche de l’écrevisse à pattes blanches est interdite toute l’année, tout comme l’écrevisse à pattes rouges, l’écrevisse des torrents et l'écrevisse à pattes grêles.
L’écrevisse est une espèce grégaire aux mœurs nocturnes.  Elle apprécie les milieux riches en abris variés (fond caillouteux et pourvus de blocs) où elle peut se protéger des prédateurs. Elle construit également des terriers dans les berges meubles durant l’hiver. L’écrevisse subit des mues successives (formation d’un nouvel exosquelette) lui permettant de grandir.


Conception et réalisation: FDAAPPMA54


On note l’existence de la peste de l’écrevisse engendré par un champignon, Aphanomyces astaci (Schikora, 1906). Les écrevisses exotiques sont porteuses saines et cause l’introduction de la maladie chez les populations d’écrevisses blanches.
Cas de l’écrevisse à pattes blanches : Austropotamobius pallipes (Lereboulet, 1858)
Signes distinctifs : face interne des pinces blanches et rostre à bords convergents
Espèce inscrite à la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et à l’annexe II de la Directive « Habitat faune flore »
En France : Classée « Vulnérable »
Protégée par la convention de Berne à l’annexe III: « il est interdit d’altérer et de dégrader sciemment les milieux particuliers à cette espèce »
Son habitat est protégé par l’arrêté ministériel du 21 juillet 1983, article 1
 
Suivi scientifique de l’écrevisse
La Fédération de pêche de la Somme a participé à la réalisation d’inventaires des populations d’écrevisses dans les cours d’eau du département de la Somme. Ceux-ci ont été effectués en collaboration avec le Syndicat Mixte AMEVA et l’ONEMA dans le cadre de suivi de site Natura 2000.
Un arrêté de pêche scientifique a été nécessaire pour les prospections réalisées de nuit.
Ces inventaires sont effectués dans le but de définir la répartition de l’écrevisse à pattes blanches (espèce indigène) et des autres espèces d’écrevisses exotiques envahissantes importées d’Amérique au 20ème siècle.